Le facteur “risque” de l’externalisation comptable

Le facteur “risque” de l’externalisation comptable

L’outsourcing est une technique de rentabilisation très avantageuse, mais aussi très risquée. Si les entreprises y ont recours, ce qu’elles ont déjà un moyen de se préserver des risques encourus. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Les risques liés à l’externalisation

Les risques à l’externalisation sont souvent négligés devant les bénéfices considérables et immédiats qu’elle affiche.

Le plus grand d’entre eux est celui lié à la précipitation et au manque de préparation. Avant d’être externalisée, l’activité en question doit être évaluée en termes de performance. Il s’agit d’établir, au préalable, un tableau de bord permettant de connaître sa rentabilité actuelle et celle future. Faute de quoi, l’opération d’externalisation sera vouée à l’échec.

Le second est associé au changement du management organisationnel apporté par l’externalisation. L’outsourcing devrait entraîner un changement au niveau de la structure de l’entreprise. Les employés de la branche supprimée doivent être mutés dans une autre activité. Cela aurait, sans doute, pour conséquence, un clash social au niveau de l’entreprise. Toutefois, ce serait pire si l’organisation envisageait un départ forcé.

Le troisième risque touchera directement la qualité des services offerts. L’éloignement physique et la divergence d’intérêts entre le donneur d’ordre et le prestataire de l’établissement du bilan comptable pourraient en effet avoir un impact considérable au niveau de la prestation de la société.

Le risque suivant est lié à la stabilité de l’entreprise. Situées souvent dans les pays sous-développés, les agences offshores sont parfois sujettes à l’instabilité politique, économique et de sécurité pouvant entraîner leur fermeture.

Certaines politiques comme l’externalisation comptabilité exposent les données sensibles de l’entreprise aux risques de vol.
comptabilité offshore vers madagascar
Ces risques évoluent aussi avec les principales tendances du marché, qu’elles concernent les pays donneurs d’ordre ou les pays offreurs de prestations. L’externalisation grignote la part de marché du travail dans certains pays. Sa forte expansion pourrait amener les gouvernements à envisager une politique de travail plus restrictive. Ceux-ci peuvent même supprimer la possibilité d’externalisation de certaines activités. On constate déjà cette tendance aux États-Unis avec la proposition de loi « Durbin-Grassley Bill ».

Du côté des pays offshores, le risque majeur serait la tendance à quitter la vocation de spécialiste pour la généraliste. Il pourrait alors y avoir diminution de contrôle au niveau de recrutement de compétence, la base de la réussite de la politique d’outsourcing.

Mais quels avantages pourrait-on réellement tirer de l’externalisation ?

Étant une décision stratégique, l’externalisation comptabilité se décide au niveau de la direction générale. Elle est censée améliorer la rentabilité de l’entreprise. Mais jusqu’à quel niveau ? Un outsourcing doit entraîner une réduction de coût allant de 25 à 50 % de la première année à la cinquième. Il devrait aussi réduire les délais opérationnels du cycle de production de l’entreprise. Bien choisir son partenaire offshore est donc de mise.

Toutefois, l’outsourcing de l’établissement du bilan comptable ne permet pas uniquement d’économiser du temps et de l’argent. Afin de provoquer une avancée considérable, il doit permettre à l’entreprise de se recentrer sur ses activités stratégiques afin que celle-ci puisse préserver sa capacité, voire innover et attaquer plus de marchés.

Cependant, il faut retenir que « travail importé » implique une augmentation de budget de contrôle qualité.

Comments are closed.