externalisation informatique : les risques

externalisation informatique : les risques

Une externalisation informatique comporte des risques réels. Pourtant, on ne peut pas se replier sur soi-même et vivre en totale autarcie. A l’ère du Cloud et de Big data, ne rien traiter en dehors de ses locaux serait juste absurde. L’idéal serait d’estimer les risques à leurs justes valeurs pour pouvoir anticiper les solutions.

Une externalisation informatique peut amener le désordre

Une externalisation informatique a pour objet de fluidifier les tâches. Pour de nombreuses raisons, on arrive souvent à l’effet contraire. Ce sera le cas lorsqu’on a plusieurs interlocuteurs à coordonner. Une seule entreprise peut recourir à plusieurs prestataires dont les missions se convergent par endroits.

Un prestataire par exemple s’occupe de développer les applications, un autre se chargera de la structure numérique en générale. Un troisième se chargera de la logistique, etc. L’externalisation virera vite à une grande pagaille si la coordination n’est pas assez efficace.

Le mieux serait d’avoir un prestataire multicarte capable de fournir un service clé en main. Autrement, mettez au clair la responsabilité de chacun. Lorsqu’il y a plusieurs logiciels en jeu, la compatibilité de différents supports et formats sera à vérifier en profondeur.

Le risque de dépendance suite à une externalisation informatique

Une externalisation informatique rendra dépendant son fournisseur. Avant de s’engager, une évaluation du degré de dépendance serait la bonne démarche à suivre. Un bon manager saura trouver le juste équilibre entre le risque et le bénéfice liés au service.

Comme pour l’achat d’une voiture, un modèle que l’on peut maintenir soi-même reste un choix pragmatique. Les fournisseurs de solution prônent désormais l’autonomie des utilisateurs en usant de leurs applications en ligne ou Saas par exemple. Face à cela, il faudra juste s’assurer que les services soient permanents en cas de panne en weekend ou en soirées.

Développer un logiciel ou mettre en place un serveur virtuel coûte cher. Par conséquent, le prestataire ne vous donnera pas tout en bloc. Ce sera avant tout une question de confiance. On laisse le prestataire accéder à certaines données sensibles. En retour, il nous livre sa solution informatique avec un bon mode d’emploi.

Le risque socio-juridique d’une externalisation informatique

comptable offshore madagascarLorsqu’on parle d’externalisation informatique ou d’offshoring tout court, les répercussions sociales du projet sont à méditer. Lorsqu’on se sépare de ses ingénieurs pour se tourner vers un prestataire en ligne par exemple, les réactions seront immédiates.

Au mieux vos anciens employés seront directement embauchés par la concurrence pour dupliquer votre produit. Au pire, ils vont prendre plaisir à vous barrer la route. Certains hackers étaient au début des anciens développeurs mécontents de leurs patrons.

Les victimes de restructuration technique parlent souvent de décision arbitraire de la part de leur employeur. Face à un tribunal, une personne morale n’est jamais totalement sûre de gagner. De ce fait, l’externalisation informatique des tâches habituellement accomplies en interne demande des mesures d’accompagnement. Entre un procès et une gestion de carrière, l’alternative la moins cassante reste la meilleure.

Le plus grand risque de l’offshoring IT : la sécurité

Un projet d’externalisation informatique vous expose à des risques de fuite de données. On ne sait pas toujours à qui on a affaire. Les outsourcers ou les développeurs d’application vantent le mérite de leurs systèmes de cryptage. Ils le font à titre d’argument de vente, mais en réalité, le risque zéro n’existe pas.

La fuite peut venir d’un défaut de programmation. Pour anticiper, une clause concernant la responsabilité du prestataire peut sauver l’entreprise en cas de poursuite. Lorsqu’un client porte plainte, ce sera au prestataire de répondre de ses négligences.

Par ailleurs, une usurpation d’identité peut survenir parce que le client lui-même n’a pas suffisamment fait attention. Ce sera aux entreprises d’éduquer sa clientèle sur les nouvelles applications par exemple. Une charte de confidentialité protègera une société seulement si elle a été rédigée correctement avant d’être mise en ligne.

Des fois, les problèmes épargnent vos clients, mais atteignent vos employés. Tout le monde se souvient encore du désarroi des employés du Sony Picture lorsque les numéros de sécurité sociale du personnel ont été mis en ligne. On n’exclura pas l’erreur humaine ou la mauvaise foi venant de l’intérieur même de la société. L’externalisation informatique est devenue un bouc émissaire.

Alors, comme on vient de le voir, la délocalisation comporte de vrais risques. Une prestation en ligne tout comme un service offshore traité depuis une plateforme à l’autre bout du monde comporte un danger. Le seul moyen d’en avoir le cœur net serait de se déconnecter et ne plus rebrancher. A bon entendeur !

Comments are closed.