outsourcing offshore : comparatif de destinations

outsourcing offshore : comparatif de destinations

Avec les effets conjoints de la mondialisation et du web, le nombre de destinations offshore se multiplie exponentiellement. Le Maghreb représenté généralement par le Maroc et la Tunisie continue dans sa lancée internationale. L’Inde et la Chine, immenses réservoirs de mains-d’œuvre avec des milliards de travailleurs ont leurs mots à dire. Le comparatif suivant porte sur la qualification du personnel local et les conditions générales relatives à chaque destination.

La qualité des prestations des destinations offshores

La qualité des prestations des destinations offshore dépend principalement de la qualification des ingénieurs locaux.

La Chine s’efforce de former rapidement de jeunes ingénieurs, car elle ne possède pas assez de profils seniors. Le vrai problème reste la barrière de la langue. Ayant tout appris dans leur langue maternelle, les techniciens chinois ne parlent pas l’anglais, le français encore moins. L’Inde par contre compte des sortants des grandes écoles internationales. Destinés essentiellement à servir une économie en plein essor, les ingénieurs indiens n’ont pas eu accès à des formations de pointes. Autres aspects : ils sont plus techniciens que managers.

Numéro un des destinations offshore de culture francophone, le Maroc a calqué son enseignement supérieur sur celui de la France. Entendez par là que les ingénieurs sont de véritables théoriciens. Fortuitement, le tiers de la main-d’œuvre qualifiée marocaine a étudié à l’étranger. La Tunisie quant à elle a bénéficié d’un système éducatif performant reconnu à l’international. Elle compte 50.000 élèves ingénieurs.

Madagascar est en passe de devenir l’une des destinations incontournables pour l’externalisation offshore. La Grande Ile dispose en effet d’une main-d’œuvre hautement qualifiée pour prendre en main par exemple la rédaction de contenu web, la modération de contenu ou encore le traitement de données. L’Ile dispose aussi d’une infrastructure informatique et technologique de pointe, ce qui permet aux entreprises externalisatrices de faire faire presque tous les travaux informatiques.

Les conditions sur place des destinations offshore

Dans les 4 pays cités plus haut, l’octroi de visa reste obligatoire pour les déplacements des travailleurs. En ce qui concerne la logistique, il existe une similitude entre eux. Louer un local dans ces destinations offshore coutera entre 10 et 15 euros le mètre carré par mois.

Par contre leurs situations sociopolitiques et leurs environnements des affaires affichent des différences. La Chine néolibérale se démarque par une croissance économique soutenue. Des inégalités trop flagrantes dissimulent cependant un certain malaise social. A cause de la croissance artificielle, la santé des entreprises n’est pas au mieux. Les systèmes bancaires manquent de solidité.

Au Maroc, la monarchie a su pérenniser la stabilité politique. De ce fait, la croissance devient une réalité. Sauf qu’elle ne profite pas à tous. L’exclusion et la pauvreté cachent des foyers de tension. Situation pas très rassurante dans un pays avec un risque de terrorisme. La Tunisie se retrouve dans la même incertitude. Les effets du printemps arabe ne se sont pas encore complètement dissipés dans cette destination offshore.

Avec ses freins linguistiques, la Chine ne sera pas encore l’idéal pour un investissement lourd. L’Inde par contre a du personnel IT tout de suite opérationnel, mais coutant trop cher. Maroc et Tunisie ont l’avantage de la proximité. La main-d’œuvre qualifiée dans ces pays est rare, les salaires augmentent en conséquence. Madagascar présente des avantages considérables, à condition de choisir le bon prestataire.

Bref, en France comme ailleurs, trouver la bonne personne pour faire ce qu’on ne veut pas faire soi-même reste un challenge.

Comments are closed.